05 59 70 59 20Accès coopérateurContact Recherche
Blog Jardinier Le Blog des Professionnels du Service à la Personne
culture associee par nos jardiniers professionnels

C’est quoi le compagnonnage des plantes ?

Sous bien des aspects les plantes de notre jardin nous ressemblent : certaines entretiennent entre elles des bonnes relations et s’entraident mutuellement, d’autres au contraire vont se concurrencer outrageusement ; comme les plantes d’une même famille qui en plus de puiser les mêmes ressources attirent aussi les mêmes insectes nuisibles et les mêmes maladies. Ainsi, au fil des années, certaines affinités ont été constatées, et les jardiniers en ont conclu qu’il existait des interactions chez les plantes : l’allélopathie. Avec les conseils de nos jardiniers professionnels découvrez comment fonctionne le compagnonnage végétal ou les bases de la culture associée pour une ‘colocation’ réussie.

  •  Culture-appât

Certaines plantes attirent particulièrement les insectes nuisibles ; c’est le cas notamment de la capucine qui attire les pucerons. Ainsi en plaçant ces plantes attractives à proximité des cultures de votre potager, les ravageurs vont se dirigés en premier lieu vers ces mets de choix délaissant les cultures principales. Une fois la plante appât infestée, il est alors plus facile de la supprimer et avec elle la colonie de ravageur.

Exemple : l’utilisation de feuilles de chou vert pour éloigner la fausse teigne des crucifères du chou.

  •  Fixation symbiotique d’azote

Les légumineuses (tels les pois, haricots et le trèfle) ont la capacité de fixer l’azote atmosphérique pour leur propre usage. Mais les voisines en bénéficient aussi par le biais d’une relation symbiotique avec les rhizobactéries. Ainsi les apports d’engrais azotés sont grandement diminués.

Exemple : les haricots sont souvent intercalés avec le maïs.

  •  Suppression biochimique des nuisibles

Certaines plantes émettent des substances, que ce soit par les racines ou par les parties aériennes, qui repoussent voire suppriment par intoxication certains nuisibles, protégeant ainsi les plantes voisines. C’est pourquoi la fabrication et le relâchement de certains agents biochimiques jouent un rôle important dans l’antagonisme entre plantes.

Exemple : la rose d’Inde relâche le thiophène qui est  un agent répulsif des nématodes et cela fait d’elle une bonne plante compagne pour un grand nombre de cultures.

  •  Interactions physiques spatiales

Les plantes à port haut, aimant le soleil, partagent très bien l’espace avec des espèces plus basses et préférant une ombre, les protégeant ainsi des rayons trop brûlants.  En outre, cela permet d’améliorer les rendements de la terre en optimisant l’espace.

 Ainsi qu’il s’agisse d’attirer les prédateurs à l’endroit voulu, de profiter de l’effet fertilisant de certaines plantes ou au contraire de l’action répulsive, le compagnonnage végétal permet une agriculture raisonnée en augmentant la biodiversité et en réduisant l’usage de pesticide ou encore d’engrais.

Pour plus d’informations, nos jardiniers vous encouragent à lire un autre article du blog détaillant le compagnonnage des légumes et ainsi assurer la biodiversité de vos cultures et de votre jardin. Vous pouvez également télécharger le PDF pour un super potager où vous découvrirez de surprenantes associations de plantes amies. Bonne lecture les jardinamis !

photo : compagnonnage au potager

Sur le même sujet
Désinformation des Pesticides - Savez Vous ce que Vous Consommez ?
La désinformation des pesticides
Plantes Aromatiques et Huiles Essentielles
Des plantes aromatiques aux huiles essentielles…
Quand Amender la Terre - Amender un Sol - Terre de Potager
Amender la terre du potager : quand, comment et pourquoi ?
Événements du Jardin en Décembre 2016 – Que faire en Décembre ?

Laisser un commentaire