05 59 70 59 20Accès coopérateurContact Recherche
Blog Jardinier Le Blog des Professionnels du Service à la Personne

L’OÏDIUM

C’est certainement la maladie cryptogamique (causée par un champignon) la plus répandue. Nos jardiniers professionnels vous aideront à reconnaître et à lutter contre ce mal.

  •  Symptômes :

Les feuilles sont attaquées et recouvertes d’un feutrage blanc et uniforme, d’aspect farineux d’où sont surnom local de « meunier ». Elles ne se développent que partiellement, tandis que le pétiole reste court et arqué ; puis les feuilles atteintes perdent leur coloration verte et se dessèchent.

Les boutons floraux et les fleurs peuvent aussi être atteints. On le retrouve principalement au niveau du pédoncule et à la base du réceptacle floral.

  •  Condition favorisant le développement :

L’oïdium apparait en général dès les premières heures du printemps, favorisé par une atmosphère chaude et humide. L’excès d’engrais azotés peut aussi contribuer à son développement.

  •  Moyen de lutte :

Préventive : il faut pratiquer une taille qui privilégiera l’aération du végétal et éviter d’éclabousser le feuillage lors de l’arrosage.

Culturale : supprimer les parties atteintes par l’oïdium et les brûler.

Biologique : il existe de nombreux traitement spécifiques (en particulier à base de soufre).  Cependant nos jardiniers coopérateurs vous conseillent d’utiliser plutôt du purin de prêle, contenant de la silice, ou une infusion d’ail additionnée de lait qui permettra de supprimer l’oïdium tout en préservant l’environnement et la fertilité du sol. Ils seront à utiliser dès l’apparition des premiers symptômes. Sur les fruits ou les légumes, on pourra utiliser l’extrait de racines de rumex (oseille).

  •  Espèces sensibles :

Arbres et arbustes :  chêne, érable, cognassier,  pommier,  poirier,  rosier,  pêcher, aubépine,  groseillier, vigne , rosier…

Au potager : radis, poireaux, maïs, fraisier, courgette, cornichon, carotte, aubergine, betterave, endive, concombre, pomme de terre …

Ce sont des champignons différents, spécifiques à la plante hôte.

L’OÏDIUM, 0 / 5 (0 votes)

Laisser un commentaire