05 59 70 59 20Accès coopérateurContact Recherche
Blog Jardinier Le Blog des Professionnels du Service à la Personne
reconnaître la tavelure

Reconnaître et lutter contre la tavelure

Principale maladie du pommier bien que les poiriers et pruniers puissent être atteints aussi, la tavelure est un véritable fléau pour le verger pouvant anéantir vos récoltes.  Avec nos jardiniers coopérateurs découvrez les symptômes, le cycle de vie des spores, et les méthodes culturales permettant de prévenir et lutter contre la tavelure.

La tavelure est une maladie cryptogamique, causée par champignon du nom de venturia inaequalis, dont il existe plusieurs milliers de souches.

Symptômes :

La tavelure cause des lésions brunes à noires sur les feuilles, les bourgeons puis les fruits. Parfois même les rameaux peuvent être atteints. L’infection entraine un ralentissement très net de leur développement. Les fruits sont malformés et pourrissent rapidement. Dans tous les cas la tavelure compromet fortement  la récolte, pouvant même lors d’affections de grandes ampleurs la réduire de 100%.

Cycle de vie des spores :

Pour lutter efficacement contre ce champignon ravageur, rien de tel que d’étudier son cycle de vie pour comprendre au mieux comment il se développe et prolifère.

Ce cycle commence au printemps avec la hausse des températures et de l’humidité. Le vent emporte alors les spores de Venturia ayant hibernés dans la litière de feuilles mortes pour les disperser et les déposer délicatement à la surface des arbres. Là, les spores peuvent germer, pénétrer la plante et créer un mycélium fongique qui apparait d’abord sous la forme d’une tache jaunâtre dont le centre devient une lésion noire et sporulant qui produit à son tour de nouvelles spores, qui sont emportées par le vent, et propagent ainsi la maladie à d’autres parties de l’arbre ou d’autres arbres. Ce deuxième cycle continuera durant tout l’été, jusqu’à la chute des feuilles. Puis les spores passeront l’hiver en hibernation dans la couche de feuilles mortes.

Prévention et lutte :

Dans les vergers de nombreux traitements (entre 10 et 20) sont appliqués depuis le débourrement des bourgeons floraux, jusqu’à la formation et maturation des fruits. Aussi il existe plusieurs produits phytosanitaires spécialement conçus pour lutter contre les différentes souches de tavelure. Cependant ces traitements à répétitions entraînent la résistance des spores aux principes actifs, l’apparition de nouvelles souches de champignons et au final une surenchère entre infections et remèdes. C’est pourquoi nos jardiniers professionnels préconisent des méthodes culturales simples permettant de prévenir et contenir les infections de tavelure.

Avant toute chose le ramassage des feuilles dès leur chute permet de supprimer la majeure partie des niches d’hibernation. Ces feuilles devront être brûlées pour ne pas contaminer le compost et les futures cultures. De même les résidus de taille seront ramasser rapidement et bruler. Ainsi vous éviterez que les champignons contaminent le sol aux pieds des arbres.

En suite quelques traitements raisonnés vous permettront d’éradiquer ou du moins de contrôler l’infection :

  • Bouillie bordelaise (20gr/litre) : une première pulvérisation lors du débourrement des bourgeons floraux (lorsque ceux-ci enflent et s’apprêtent à s’ouvrir), puis une deuxième lors de la formation des fruits, et fin une troisième après la chute des feuilles.
  • Traitements à base de souffre (6gr/10 litres), à répéter toutes les 2 à 3 semaines (plus en cas de pluie) avant et après la floraison et jusqu’au milieu de l’été.
  •  Purin d’ortie, de prêle ou décoctions d’algues marines auront une action répulsive contre certains insectes et permettront de renforcer le feuillage.

Rappelons tout de même que ces traitements autorisés en agriculture biologique ne sont pas sans conséquence pour la nature. Aussi le cuivre et le souffre trop fortement dosés ou trop souvent appliqués se retrouveront dans le sol et les nappes phréatiques. C’est pourquoi tout traitement phytosanitaire même naturel doit être raisonné et correctement effectué. Ainsi n’hésitez pas à faire appel à nos jardiniers coopérateurs ayant un certificat d’aptitude à l’usage de produits phytosanitaire : le certiphyto et qui vous feront bénéficier d’avantages fiscaux.

Notons aussi que de nombreux pépiniéristes proposent des variétés de pommiers sélectionnés pour leurs résistances naturelles à ce champignon.

Ainsi des variétés d’arbres adaptés à votre climat, de bonnes conditions de culture (exposition, humidité, nature du sol), le ramassage des feuilles et des fruits, les tailles adaptées, les traitements effectués à temps sont autant de facteurs permettant de garder vos arbres fruitiers en bonne santé et naturellement plus résistant aux maladies. Avec Jardiniers Professionnels, votre jardin reste en bonne santé !!! N’hésitez pas à nous contacter et bénéficier ainsi de réduction fiscale ou de crédit d’impôt pour l’entretien de votre verger, potager, terrasse, balconnet ou jardin.

Laisser un commentaire