05 59 70 59 20Accès coopérateurContact Recherche
Blog Jardinier Le Blog des Professionnels du Service à la Personne
Comment lutter contre le mildiou ? | Jardiniers Professionnels

Comment lutter contre le mildiou ?

Francisation de l’anglais mildew qui signifie moisissure, le terme de mildiou désigne une multitude de maladie cryptogamique (causée par un champignon ou un organisme filamenteux parasite). Sous ce nom se cache divers parasites : Plasmora vitocola qui est originaire d’Amérique et attaque la vigne, et son cousin Plasmora helianthi qui touche le tournesol, le malheureusement célèbre Phytophtora infestans  responsable de la famine de la pomme de terre en Europe en 1840, et de la même famille Phutophora cactorum  qui s’attaque aux fraisiers, Phytophtora Capsci qui est le mildiou du poivron, plusieurs espèces de Peronospora se retrouve sur le chou, l’ail, l’oignon mais aussi l’épinard et le tabac, les Pseudoperonospora sur les cucurbitacées et le houblon….de nombreuses autres espèces de plantes d’ornements et potagères peuvent être atteintes par ces champignons et entrainer des conséquences désastreuses.

Des conditions favorables, telles qu’une humidité élevée et des températures comprises entre 12 et 25°C permettent une évolution très rapide par la propagation de spores, la maladie pouvant devenir épidémique.  De plus le champignon a la faculté d’hiberner sur les résidus de plantes mortes, et l’infection revient donc à partir du sol au printemps suivant.

Symptômes :

  • Des plages brun-vertes, d’apparence huileuses apparaissent sur la bordure des feuilles et se dessèchent au centre, sur la face supérieure des feuilles.
  • Par temps humide,  on peut observer un duvet blanc dû au mycélium sur la face inférieure des feuilles.
  • Sur les tiges et les pétioles, des taches brunes apparaissent.
  • Les fruits murissent difficilement et présentent des bosselures brunes fermes et marbrés.

Prévention et lutte :

Face à cette maladie, la solution la plus efficace reste la prévention, et certaines méthodes culturales doivent être adoptées :

  • La rotation des cultures évitera que les mêmes espèces ne se succèdent trop rapidement sur une même parcelle.
  • Eviter une humidité excessive en espaçant les plants, réduisant l’arrosage (les feuilles ne doivent pas être mouillées), et en aérant les serres.
  • La destruction des plants atteints par le feu (pas de compostage de la maladie).

Certaines pulvérisations seront préventives, comme le purin de prèle ou d’ortie et des solutions à base de sulfate de cuivre comme la bouille bordelaise ou la bouillie bourguignonne (attention : un usage répété conduit à une accumulation de cuivre dans le sol). Ces pulvérisations sont à renouveler régulièrement surtout par temps humides et après leur lessivage par la pluie.

On peut traiter le mildiou de façon naturelle grâce à une solution à base de bicarbonate de soude (10 grammes pour 4 litres d’eau et environ 40 millilitres de savon noir pour favoriser l’adhérence).

Les jardiniers professionnels conseillent de réaliser des décoctions d’ail, faciles à faire à la maison. L’odeur est certes désagréable mais cette technique à montrer ses résultats.

Les décoctions d’ail se révèlent aussi très efficace en prévention comme en traitement : porter 5 litres d’eau à ébullition, puis la verser dans un récipient en plastique, y plonger une quinzaine de gousses d’ail épluchées et fendues en deux, laisser le récipient ouvert exposé au soleil durant 4 à 5 jours jusqu’à l’apparition de mousse, filtrer. La pulvérisation de ce purin sur les feuilles et le sol entre les plants doit s’effectuer tous les 15 jours ou plus souvent en cas de conditions favorables de préférence tôt le matin. De plus son odeur forte aura une action répulsive contre de nombreux insectes.

N’hésitez pas à discuter avec les jardiniers de la coopérative, à leur faire part de vos envies et de vos désirs d’avoir un jardin bio et responsable.

1 Commentaire

Laisser un commentaire