05 59 70 59 20Accès coopérateurContact Recherche
Blog Jardinier Le Blog des Professionnels du Service à la Personne

Comment bien protéger vos plantes du froid hivernal

Sortez les couvertes!

L’automne s’est maintenant bien installé un peu partout en France, apportant avec lui une certaine humidité. Les premiers froids quant à eux ne devraient plus tarder non plus. Il est donc temps de penser à protéger les plantes les plus frileuses de ces premières gelées. Nos jardiniers professionnels vous expliquent ici quelles plantes sont à protéger en priorité, pourquoi mais surtout comment mettre en place une protection efficace pour retrouver vos plantes préférées dans toutes leurs beautés dès le retour des beaux jours.

 Qui protéger ?

 Rassurez vous, il n’est pas nécessaire d’investir dans une armée de braseros, ni d’installer un voile de protection sur tout le jardin. Seules les plantes les plus frileuses ou fraichement installées (moins d’un an) sont à protéger. On parlera en premier lieu des plantes tropicales, car dans leur milieu naturel les gelées n’existent pas et elles ni sont donc pas préparées. Les plantes méditerranéennes comme les palmiers, lauriers roses, bougainvilliers ou encore les agrumes… sont aussi particulièrement frileuses bien que leur popularité en hausse aient poussé les pépiniéristes à sélectionner des variétés de plus en plus résistantes aux froids. Arrivent en fin de liste les plantes connues comme gélives avec par exemple les fuchsias, géraniums, daturas

Outre l’espèce de la plante, les conditions climatiques propres à votre région sont aussi en prendre en compte. On ne protègera pas un olivier de la même façon en Normandie que sur la Côte d’Azur.

Nous pourrons noter aussi que les plantes caduques perdent leurs feuilles et entrent en repos végétatifs (en dormance) durant l’hiver. La sève n’y circule plus ou presque ; elles sont ainsi plus résistante au gel en tout cas dans leurs parties aériennes.

Pourquoi protéger ?

 Deux parties des plantes sont sensibles aux froids : la plus visible étant la partie aérienne, à savoir les troncs, rameaux et feuilles ; mais aussi moins visibles, car dans la terre, les racines.

Lorsque l’eau gèle, son volume augmente et cela peut importe l’endroit où elle se trouve. Ainsi quand l’eau contenue dans la sève se cristallise, son volume augmente faisant éclater les cellules. Ce phénomène peut s’observer tant sur les parties aériennes qu’au niveau racinaire. C’est pourquoi il convient de ne pas trop arroser les plantes durant l’hiver, voire pas du tout dans le cas des cactus.

Une autre raison de protéger les végétaux est la neige qui, accumulée sur les rameaux, pèse lourd et peut les endommager. Mais aussi à cause des brûlures que sa présence prolongée au contact du feuillage peut engendrer.

Comment protéger ?

  •   Protection des racines :

Pour protéger efficacement les racines des plantes fileuses, rien de tel qu’un paillage organique qui assurera une bonne isolation et fertilisera la terre en se biodégradant naturellement. Pour cela vous pouvez utiliser de l’herbe sèche, de la paille, des paillettes de chanvre ou de lin ou encore de Miscanthus, des copeaux de bois (BRF), des écorces de pins pour les plantes acidophiles, etc… L’efficacité de ce matelas organique dépendra essentiellement de son épaisseur (une dizaine de centimètres).

Pour plus de détails sur cette technique vous pouvez notre article sur le paillage.

https://www.jardiniers-professionnels.fr///tout-savoir-sur-le-paillage/

https://www.jardiniers-professionnels.fr///cote-potager-le-paillage-des-fraisiers/

https://www.jardiniers-professionnels.fr///brf-bois-rameal-fragmente/

  •   Protection du tronc :

Très utiles pour protéger les troncs des fougères arborescentes, des palmiers ou d’autres troncs fragiles et dégarnis, des manchons sont disponibles dans le commerces ou à peuvent être fabriqués assez facilement. Préférez des matériaux non plastiques pour éviter de retenir l’humidité, une hauteur légèrement supérieure à celle du tronc et suffisamment large pour être garnie de paille, de feuilles mortes ou des fougères par exemple. Tassez bien cet isolant pour plus d’efficacité.

  •  Protection de la ramure et du feuillage :

Le voile d’hivernage est fabriqué en tissu non tissé, mais vous pouvez aussi utiliser un film plastique perforé ou à bulle en prenant bien garde dans ce cas à la condensation qui pourrait faire pourrir le feuillage. Nos jardiniers professionnels vous recommandent d’étendre ce voila en double épaisseur pour une plus grande efficacité. Toute la ramure de la plante doit être recouverte sans toutes fois être serrée. Pour cela vous pouvez utiliser une armature faite de grillage à poule, ou de piquet. Maintenez le tout bien ficelé et lesté de pierres ou de morceaux de bois de manière à résister aux vents. Une ouverture peut être aménagée au sommet de manière à pouvoir aérer un peu la plante lors de belles journée puis en suite refermée pour maintenir la chaleur. Cette technique vous permettra de gagner quelques précieux degrés (deux ou trois en général).

  •  Protection des plantes en pots :

Ce sont surement les plantes les plus concernées. En effet l’ensemble de la surface du pot est soumise au changement de température. Aussi pour les plantes ne pouvant être rentrées, ou abritées sous une véranda, le premier geste à adopter est de les installer à un endroit abrité du vent. Vous pourrez ensuite surélever les pots légèrement en les plaçant sur un morceau de polyester ou de bois pour les isoler du froid du sol. L’ensemble des contenants pourront être protégés par du papier journal ou du plastique à bulle. En fin paillage et voile d’hivernage assureront une parfaite protection.

La meilleure protection contre le froid reste un choix judicieux des végétaux tant au niveau de leur rusticité que de leur emplacement, car une plante bien adaptée et saine résistera mieux aux frimas de l’hiver et autres aléas climatiques. N’hésitez pas à demander conseils au près de nos jardiniers coopérateurs pour protéger vos plantes du gel et bénéficier de réductions fiscales.

Laisser un commentaire