05 59 70 59 20Accès coopérateurContact Recherche
Blog Jardinier Le Blog des Professionnels du Service à la Personne
bourgeon floral de poirier

Apprendre les techniques de taille des fruitiers

Novembre est surement le mois de prédilection pour la taille de certains fruitiers. En effet, les arbres entrent en dormance, la sève redescend, et les premiers froids ne sont pas encore tout à fait installés. Ainsi les arbres supporteront mieux les tailles sévères. Parmi les fruitiers que nous pourrons tailler en Novembre nous citerons : abricotier, amandier, cerisier, châtaignier, cognassier, figuier, framboisier, kaki, néflier, noisetier, noyer, poirier, pommier, prunier… Cependant la taille de sera pas la même s’il s’agit d’un arbre à pépin comme le pommier ou à noyau comme le cerisier. Ainsi les arbres à pépin seront taillés en hiver alors que les arbres à noyau préfèreront une taille en fin d’été pour une meilleure cicatrisation. De même, la taille sera différente si les arbres en question sont anciens et déjà bien formés, ou jeunes et devant être conduits. Aussi dans cet article, nos jardiniers professionnels vous donneront quelques conseils d’ordre général pour apprendre à reconnaître les différents organes des arbres fruitiers, quel matériel utiliser pour une taille propre, comment procéder pour ne pas se tromper.

 Pourquoi doit-on tailler les arbres fruitiers ?

Laissés libres, les arbres fruitiers auront tendance à développer un houppier ramifié vers le haut. Au fil des ans, les récoltes seront moins abondantes et de qualité inférieure avec des fruits plus petits et moins savoureux. La taille aura donc pour objectif, l’orientation de la ramure, le rajeunissement de l’arbre, et surtout le contrôle de la fructification. Ainsi l’élimination des pousses en surnombre permettra de concentrer un maximum la sève sur les fruits, tout en limitant la croissance ce qui facilitera les récoltes.

Les différents organes d’un arbre fruitier :

Prenons l’arbre dans son ensemble : à sa base les racines, puis le collet et le tronc de hauteur variable. A partir de là, démarrent les premières branches que l’on nomme « charpentière » et qui portent les branches secondaires. C’est sur ces branches secondaires que l’on va pouvoir observer les différents organes qui donneront vie aux différentes formes de végétations.

  • Œil à bois : petit bourgeon en forme de triangle très serré contre la branche ; dernier élément de la production de bois, il produira une pousse feuillée ;
  • Dard : se trouve le long d’un rameau, légèrement détaché de celui-ci. C’est évolution de l’œil à bois vers la fructification ; il deviendra soit un bouton à fruit, soit une pousse feuillée.
  • Bouton à fruit : le plus gros bourgeon, de forme plus arrondie que le bourgeon à bois ; il produit une ou plusieurs fleurs, puis un fruit après fécondation.
  • Brindille : frêle rameau à bois de 10 à 20 cm de long ne portant que des bourgeons à bois.
  • Lambourde : brindille portant un bouton à fruit à son extrémité, aussi appelée brindille couronnée.
  • Bourse : vestige de l’emplacement d’une fructification, ce rameau est un organe bien renflé. À ne surtout pas tailler car elle produit des fruits chaque année.
  • Stipulaire : œil latent à la base des rameaux.
  • Coursonne : partie de l’arbre qui reste sur la branche charpentière après la taille. Cette branche secondaire, taillée court tous les ans, porte les fruits ou les nouvelles pousses de l’année.

Matériel adapté à la taille :

Pour obtenir des coupes nettes et propres, il est important d’être bien équipé : un sécateur à main pour les branches fines, et pour les plus grosses un sécateur de force ou taille branche. Ces outils de coupe devront être bien affutés et nettoyés à l’alcool entre chaque arbre pour éviter toute contamination. Un escabeau ou une échelle montée en A vous permettra d’atteindre les branches les plus hautes. En fin une paire de gants vous évitera bien des égratignures.

Attention l’élagage au-dessus de 3 m 50 n’ouvre pas droit à une réduction ou à un crédit d’impôt.

Comment procéder :

Les différents organes sont maintenant bien repérés, et vous êtes équipés. Il ne reste plus qu’à vous lancer en vous souvenant qu’une mauvaise taille sera préférable à pas de taille du tout, et qu’au fil des ans l’expérience acquise vous donnera une certaine intuition. Nous vous conseillons de faire appel à un jardinier-paysagiste professionnels pour vous conseiller ou pour réaliser la prestation de taille des arbres fruitiers.

  1.  Commencer par une branche charpentière située à votre hauteur.
  2. Repérer les différents organes en commençant par le centre vers l’extrémité.
  3. Supprimer toutes les brindilles verticales qui ne donneront pas de fruits mais épuiseront inutilement l’arbre, ainsi que tout le bois mort.
  4. Raccourcir le rameau principal, en coupant juste après un bourgeon soit à bois soit à fleur mais orienté vers l’extérieur.
  5. Supprimer les branches qui se croisent.
  6. Dégager le centre de l’arbre pour une meilleure aération.
  7. Puis tourner ainsi de branche en branche autour de l’arbre.
  8. Finir par le sommet.
  9. Traiter au goudron de Norvège ou au mastic cicatrisant toute les tailles importantes pour ne pas laisser la porte ouverte aux maladies. Une pulvérisation de bouillie bordelaise préviendra aussi de certaines maladies.

Pour une taille d’arbustes ou d’arbres fruitiers, nous vous recommandons pour la première fois où vous taillerez de faire appel à un de nos jardiniers coopérateurs. Nos jardiniers professionnels sont assurés, formés et équipés pour les prestations de taille de haies, d’arbustes ou de fruitiers.

2 Commentaires

  1. Laure

    Il aurait été intéressant et judicieux un petit croquis complétant la définition des différents organes , ceci permettant ainsi de les repérer plus facilement pour les non professionnels.
    Laure

Laisser un commentaire