05 59 70 59 20Accès coopérateurContact Recherche
Blog Jardinier Le Blog des Professionnels du Service à la Personne
5 Techniques de Marcottage - Marcottage en Cépée

quelles sont les différentes techniques de marcottage?

5 techniques de marcottage

Le marcottage est une technique de multiplication végétative qui consiste à faire apparaître des racines sur une partie aérienne de la plante sans pour autant l’en détacher. La nouvelle plante obtenue est un clone de la plante mère et reproduira à l’identique toutes ses caractéristiques. De nombreux végétaux se marcottent naturellement dans la nature comme par exemple le fraisier qui émet des stolons. De plus certaines plantes sont particulièrement difficiles à bouturer ; le marcottage permet au rameau de rester alimenté par la plante mère le temps nécessaire pour que ses racines se développent bien. Il existe cinq types de marcottage : par couchage, par long bois, en cépée, en serpent ou aérien. Nos professionnels pourront vous conseiller et vous aider pour le choix et la technique de marcottage à adopter selon les plantes que vous souhaitez multiplier tout en vous faisant bénéficier de 50% de réductions fiscales.

Marcottage par couchage :

Cette méthode est à privilégier car elle donne vraiment de très bons résultats.

  1. Choisir un rameau aouté sain dont vous voulez reproduire les caractéristiques. Il doit être suffisamment souple pour pouvoir se plier jusqu’au sol.
  2. Retirer les feuilles et rameaux secondaires sur toute la partie qui sera enterrée.
  3. Inciser légèrement l’écorce (éventuellement tremper légèrement dans de l’hormone de bouturage).
  4. Enterrer cette partie du rameau à environ 5 centimètres de profondeur dans une terre bien préparée (un tiers de terre du jardin, un tiers de sable, un tiers de terreau).
  5. Maintenir sous terre à l’aide de pierres, ou d’attache en U (une sardine de tente peut tout à fait convenir).
  6. Relever la partie de la branche non enterrée et la maintenir droite à l’aide d’un tuteur.
  7. Arroser régulièrement pour maintenir humide.

Pour certaines plantes intérieures que vous trouverez ci-dessous, la technique est toujours du marcottage par couchage, mais en mettant directement vos marcottes dans des petits pots placés aux côtés de la plante mère.

infographie du marcottage par couhage

marcottage par couchage

Idée de plantes à marcotter par couchage :

Marcottage par long bois ou marcottage chinois

Cette technique ressemble beaucoup à la technique précédente à part que l’on enterre quasiment la totalité du rameau pour multiplier les ramifications et les nouvelles pousses. Nous l’appliquons uniquement à des plantes à pousses longues et souples comme les noisetiers, chèvrefeuilles, saules, suspensas, forsythias…

Au départ, la branche n’est enterrée que dans 5 cm de mélange terre/sable. Quand des pousses grandissent, on les recouvre petit à petit du même mélange. Progressivement, on arrive à couvrir le rameau d’environ 20cm, ce qui améliore fortement l’enracinement. Important : Bien attendre l’arrêt complet de la végétation pour sevrer la plante. Même si cette technique permet une production plus importante, le marcottage à long bois a épuise un peu la plante mère. Ne pas en abuser.

illustration du marcottage à long bois

marcottage par long bois

Idée de plantes à marcotter par long bois :

  • Celastrus
  • Lierre
  • chèvrefeuilles
  • saules
  • noisetiers

Marcottage en cépée :

Aussi appelé marcottage par buttage, il se pratique sur les plantes rigides que l’on ne peut plier jusqu’au sol ou sur les plantes émettant facilement des rejets.

  1. Durant l’hiver, rabattre la plante à environ 10 centimètres.
  2. Au printemps, recouvrir d’un mélange de terre, sable et terreau.
  3. Continuer à butter au fur et mesure durant toute la période végétative.
  4. A l’hiver, des racines se sont formées sur chaque rameau qui pourra alors être sevré et replanté
illustration de marcottage en cépée

Marcottage en cépée

Idée de plantes à marcotter en cépée :

Marcottage aérien :

Lorsque la plante à multiplier est trop rigide pour être pliée ou n’émet pas facilement de rejet, le marcottage aérien est la meilleure alternative. Cette technique est surtout employée pour multiplier les plantes d’intérieur.

  1. Choisir une tige jeune et saine d’un diamètre d’environ 2,5 centimètres de diamètre.
  2. Enlever toutes les feuilles sur la partie proche de la future marcotte.
  3. Oter un anneau d’écorce sous un nœud et enlever aussi le cambium (partie verte) ou pratiquer une incision en biseau toujours sous un nœud en remontant vers le haut.
  4. Appliquer éventuellement une hormone de bouturage.
  5. Ficeler la base d’un manchon en plastique à l’aide d’une ficelle autour de la tige.
  6. Remplir le manchon d’un mélange de tourbe (ou de sphaigne) et de sable que vous maintiendrez bien humide.
  7. Refermer le haut du manchon. Lorsque vous verrez apparaître une masse de racine visible, vous pourrez alors sevrer le rameau en sectionnant la tige sous le manchon.
illustration marcottage aérien

Marcottage aérien

Idée de plantes à marcotter de manière aérienne :

Marcottage en serpent :

Le marcottage en serpent est une technique où l’on enfoui en plusieurs endroits un long rameau serpentueux. Cette marcotte n’est utilisée que pour les plantes grimpantes comme la glycine par exemple.

  1. Tordre le rameau facilite le développement des racines. Il apparait intéressant de pratiquer la marcotte en serpent dans des pots car cela simplifie la transplantation.
  2. Enterrer 1ère partie de la tige sur environ 15cm de longueur en prenant soin d’entailler très légèrement l’écorce de la partie enterrée ce qui favorisera la production de racines.
  3. Possibilité de plonger la partie entaillée dans de la poudre d’hormones de bouturage car cela donne en général de très bons résultats.
  4. Imposer un mouvement arrondi à la tige sans toutefois abimer les fibres de celle-ci.
  5. Recoucher une 2ème partie et continuez ainsi de suite jusqu’à l’extrémité du rameau qui lui restera hors du sol.
  6. Des fils de fer courbés en forme de crochet fixeront les rameaux enterrés.

Les marcottes en serpent effectuées au printemps seront sevrées à l’automne. Le taux de réussite est entre 70% et 80%… Chaque partie du serpenteau constituera une plante indépendante.

Illustration Marcottage en serpent - Marcottage par Couchage

Marcottage en serpent

Idée de plantes à marcotter en serpenteau :

Quand marcotter ?

Suivant le climat où vous vivez et les plantes que vous souhaitez multiplier, les périodes varient de la fin de l’hiver jusqu’au printemps, c’est à dire mars, avril. Que ce soit pour les plantes aux feuilles caduques ou feuilles persistantes, toutes les marcottes se réalisent à partir du bois de l’année précédente. Si vous voulez marcotter des rameaux à l’état herbacés, jeunes pousses, vous le ferez courant de l’été voire septembre comme pour les fraises.

1 Commentaire

Laisser un commentaire