05 59 70 59 20Accès coopérateurContact Recherche
Blog Jardinier Le Blog des Professionnels du Service à la Personne
lutte biologique contre les aleurodes

Lutte biologique contre les aleurodes

Lutte biologique contre les mouches blanches ou aleurodes

Encore appelés mouches blanches, les aleurodes représentent un fléau pour de nombreuses cultures. Ces insectes sont aussi bien nuisibles aux plantes sous serre qu’à celles cultivées au jardin ou en intérieur. En pratique, ils sucent la sève des végétaux, ce qui affaiblit ou tue ces derniers. Cependant, il est possible de venir à bout de ces redoutables nuisibles en employant des méthodes naturelles. Avec les conseils des  jardiniers professionnels, redécouvrez 5 moyens efficaces de lutte biologique contre les aleurodes.

Les parasitoïdes : organismes auxiliaires les plus utilisés dans la lutte biologique contre les larves aleurodes

Parmi les agents de lutte biologique intégrée utilisés pour éradiquer les aleurodes, les parasitoïdes sont en tête de liste. En l’espèce, il suffit d’introduire certains hyménoptères sur les plantes infestées pour avoir gain de cause. On utilise généralement de petites guêpes qui parasitent les larves des aleurodes.

Eretmocerus-eremicus

Eretmocerus eremicus. Photo : J-C Streito

Les trois guêpes parasitaires souvent utilisées sont :

  • Eretmocerus mundus ;
  • Encarsia formosa ;
  • Eretmocerus eremicus.

Le plus souvent, la première apparaît viscéralement lorsque son hôte (aleurode du tabac) est présent. La seconde permet notamment d’exterminer les aleurodes des serres. Quant à la troisième guêpe sus-citée, elle s’utilise surtout avec de hautes températures pour atteindre le résultat escompté.

L’utilisation des champignons : une méthode qui a porté ses fruits dans la lutte biologique contre les aleurodes

Il existe certains champignons entomopathogènes qui sont fort utiles dans le jardinage. Le champignon Verticillium lecanii encore appelé Lecanicillium muscarium est par exemple utilisé pour lutter contre les aleurodes. Il ne prolifère que si des conditions particulières sont réunies dans le milieu de culture. Cependant, on l’utilise conjointement avec d’autres auxiliaires. Pour cause, il est évident que le champignon ne peut pas se déplacer. Les auxiliaires se chargent alors de transporter les spores libérées par ce dernier jusqu’aux aleurodes présents sur les plantes.

Les punaises prédatrices : des auxiliaires efficaces qui se nourrissent des aleurodes

Macrolophus pygmaeus - lutte biologique contre les aleurodes

Macrolophus pygmaeus

Outre les parasitoïdes, on peut aussi utiliser des organismes prédateurs pour venir à bout des mouches blanches. Plusieurs punaises se sont particulièrement montrées efficaces dans cette lutte anti-aleurode. On peut citer Macrolophus pygmaeus, une petite punaise polyphage qui préfère de loin les aleurodes comme nourriture. Elle s’attaque notamment aux œufs et aux larves de ces nuisibles et reste active pendant tout le processus de son développement.

Outre cette punaise, on utilise également d’autres espèces tout aussi efficaces à savoir :

  • Macrolophus caliginosus ;
  • Dicyphus hesperus ;
  • Nesidiocoris tenuis.

L’utilisation des coccinelles : une technique infaillible pour se débarrasser des aleurodes

Les coccinelles prédatrices sont peu utilisées pour lutter contre les mouches blanches. Il s’agit cependant d’une méthode qui a fait plusieurs fois ses preuves. Encarsia formosa est le nom scientifique de la coccinelle la plus utilisée pour contrôler les aleurodes. Elle se montre généralement friande des nymphes et des œufs de ces nuisibles. Qu’elle soit encore au stade de larve ou qu’elle soit adulte, cette prédatrice n’y va pas de main morte avec ses proies. Elle se montre d’autant plus efficace que les aleurodes sont nombreux. Cependant, notez que cette coccinelle a en horreur les proies parasitées. On évitera alors de l’introduire concurremment avec les parasitoïdes.

L’introduction des acariens sur les plantes : Lutte biologique contre les aleurodes

Les acariens sont des prédateurs au même titre que les coccinelles. Amblydromalus limonicus et Amblyseius swirskii sont deux espèces souvent utilisées pour contrôler la population des aleurodes dans les cultures. Quel que soit son niveau de développement, le premier prend plaisir à consommer les œufs et les larves desdits nuisibles. Par contre, ce n’est que les adultes et les nymphes du second acarien qui sont actifs contre les mouches blanches.

Besoin d’aide avec votre Jardin ? Nos professionnels partout en France se tiennent à votre disposition, n’hésitez pas à demander un devis gratuit !

Laisser un commentaire