05 59 70 59 20Accès coopérateurContact Recherche
Blog Jardinier Le Blog des Professionnels du Service à la Personne
sapin-noël - Jardiniers Professionnels

POUR OU CONTRE LE SAPIN DE NOEL ARTIFICIEL

Inconditionnelle du sapin de Noël mais aussi profondément écolo, je me pose chaque année les mêmes questions quant au choix de l’arbre qui accueillera guirlandes et cadeaux. Certains vantent les vertus des sapins artificiels, qui seraient plus écologiques et économiques. Qu’en est-il vraiment ?

Plus écologique ?

Selon les analyses du cycle de vie d’un sapin artificiel, faites par un cabinet d’études canadien Ellipsos les impacts sur les ressources et sur le climat, l’impact d’un sapin artificiel est trois fois plus important que celui d’un sapin naturel, essentiellement à cause de la phase de fabrication. En effet, un sapin artificiel provoque l’émission de 8,1 kg de CO2 par an contre 3,1 kg de CO2/an pour un sapin naturel. Ce rapport ne commence à être intéressant qu’au bout de 20 ans. Donc question pollution de l’air et réchauffement climatique, c’est un bilan négatif. De plus un sapin naturel va durant sa croissance absorber du CO2 nécessaire à sa photosynthèse.

Entre aussi en jeu le transport des sapins : les sapins artificiels sont majoritairement fabriqués en Chine, alors que les sapins naturels ont souvent une origine nettement plus locale. L’émission de polluants lors du transport est donc moindre pour les « vrais sapins ». De plus, la plupart des sapins sont cultivés dans des zones peu propices à d’autres cultures en raison de l’acidification du sol qu’ils engendrent ; leur système racinaire stabilise le sol et permet de réduire les risques d’inondation ; et ils offrent aussi des refuges pour les animaux. En fin, de plus en plus de producteurs limitent l’usage d’engrais lors de la culture pour certifier des sapins bio ou du moins éco responsables, attrait pour la vente.

Les sapins naturels sont faciles à recycler : broyés, et décomposés ils redeviennent de la matière organique. De plus en plus de commune mettent en place la récupération et le recyclage des sapins de Noël. En revanche, les sapins artificiels sont composés de plastiques et de métaux indissociables qui rendent leur recyclage impossible. Et leur stockage une fois les fêtes terminées peut poser problème car ils sont très encombrants.

Pour le côté esthétique, les gouts de chacun sont différents mais on peut opposer à l’aspect régulier et toujours vert du sapin en plastique la bonne odeur du sapin naturel qui contribue grandement à l’ambiance de Noël.

Plus économique ?

Il faut compter en moyenne entre 100 et 200 euros pour un sapin artificiel d’1m50, contre entre 25 et 40 pour la même hauteur naturelle. Sachant que la durée de vie (moyenne encore une fois) d’un sapin en plastique est de 6 ans … cela nous donne un coût assez comparable au final.

Ni plus écologique, ni vraiment plus économique le sapin artificiel perd tous ces attraits et cette année encore je laisserais la nature entrer dans mon salon en accueillant soit un épicéa pour son côté véritable arbre de Noël et son odeur de Noël, ou peut être un sapin de Nordmaan qui perdra moins vite ses aiguilles…

Cet article vous a intéressé, poursuivez votre lecture sur l’origine su sapin de noël : https://www.jardiniers-professionnels.fr///quelle-est-lorigine-du-sapin-de-noel/

A la fin des fêtes, faites appel à nous pour broyer et composter votre sapin de Noel ou pour le replanter dans un coin de votre jardin. Les prestations de nos jardiniers et paysagistes vous permet de bénéficier d’une réduction fiscale ou d’un crédit d’impôt.

Pour plus de renseignements,  appelez nous au 05 59 70 59 20

1 Commentaire

  1. Monvrac

    Le sapin détruit les dernières forêts de feuillus du Morvan.
    Pour les planter, il faut arracher des chênes, hêtres, frênes, ormes, érables et autres broussailles, puis généreusement arroser le tout de pesticides.
    Effet garanti sur la biodiversité.
    Ces sapins assèchent les sources, et une fois arrachés, laissent un sol nu que la pluie ravine, entraînant l’humus et les pesticides dans les ruisseaux locaux.
    Dans certaines régions du Morvan, on cuit ses aliments et on se brosse les dents à l’eau minérale.
    Mais c’est bon pour le carbone, donc c’est pas grave.

Laisser un commentaire