05 59 70 59 20Accès coopérateurContact Recherche
Blog Jardinier Le Blog des Professionnels du Service à la Personne
bouturage à talon

Tout savoir sur le bouturage à Talon

Qu’est-ce que le bouturage à Talon ?

Avez-vous décidé de vous mettre au jardinage ? Voici une technique de bouturage que les  jardiniers paysagistes vous offrent pour avoir des plantes saines.

D’abord, le bouturage consiste à multiplier une plante de manière à avoir une autre qui lui serait complètement identique. Pour cela, on prélève soit un extrait de racine, de tige ou même de feuille. Il y a alors le bouturage à crossette, dans l’eau et bien d’autres encore (selon la bouture). Le bouturage à talon fait partie des techniques où on utilise une tige, mais ce qui la différencie des autres, c’est qu’il faut laisser un talon ou plus précisément un morceau de la tige principale sur la bouture. La période idéale pour celui-ci commence en novembre lorsque les feuilles des arbres caduques ne tombent plus.

Les plantes adaptées

Le bouturage à talon fonctionne surtout pour les arbres et les arbustes tels que les conifères. Il convient également pour la multiplication des arbres fruitiers comme la vigne, les oliviers, ou les pommiers. Il en est de même pour les plantes décoratives telles que les seringats et les cistes. Cependant, cette méthode peut remplacer le greffage notamment pour les rosiers puisqu’elle est plus simple.

Les étapes du bouturage à Talon

Cette technique comprend quatre étapes bien distinctes :

  1. Prélevez une tige secondaire en T sur la plante mère. Pour cela, veillez à ce qu’elle ne présente aucune anomalie et de taille moyenne. Le mieux c’est de prendre celle qui a un renflement puisque cela signifie que sa réserve nutritive est encore suffisante.
  2. Laissez un extrait de 1 à 2cm (écorce ou talon) de la branche principale sur le rameau prélevé. Pour cela, votre couteau doit être bien aiguisé pour une coupe précise. Faites-en, ensuite, un tronçon d’une longueur de 15cm.
  3. Dans le cas des conifères, n’utilisez pas de couteau et détachez délicatement le rameau avec votre main. Cela permet d’obtenir un extrait d’écorce.
  4. Ne laissez aucune feuille sur la deuxième moitié de la bouture (enlevez les feuilles qui se trouvent sur la partie inférieure). Dans le cas où elle dispose encore de feuilles qui dépassent 3cm, enlevez la moitié.

Le bouturage proprement dit

Pour le substrat, mélangez de la terre de jardin ou du terreau à de la perlite ou du sable grossier. Cela permet de le rendre poreux. A défaut, utilisez du terreau destiné aux semis et au repiquage. Enfoncez la moitié inférieure de la bouture dans le substrat de manière à ce que le talon soit bien couvert. Arrosez la terre régulièrement pour éviter qu’elle ne se dessèche, mais veillez à ce qu’il n’y ait pas trop d’eau. Il faut attendre environ 10 mois pour que les racines apparaissent. Une fois que les bourgeons font surface, vous pouvez mettre votre plante en terre.

La mise en terre

Une période d’acclimatation est nécessaire avant que la plante ne devienne complètement mature. Pendant ce temps, vérifiez régulièrement l’humidité et assurez-vous que la reprise se fasse correctement. Pour cela, il faut compter quelques semaines.

Précautions à prendre pour garder les boutures saines

Pour réussir votre bouturage, préservez votre rameau des différentes maladies, mais également des intempéries.

  1. Vérifiez systématiquement son développement pour vous assurer qu’il se porte bien.
  2. Evitez de l’exposer au soleil, mais gardez-le dans un endroit bien éclairé. La température idéale pour le conserver se situe entre 18°C et 20°C.
  3. Il a besoin d’une bonne aération, mais éloignez-le du vent.
  4. Vous pouvez choisir de ne pas utiliser d’hormone de bouturage puisque la plante s’enracine facilement.

Vous pouvez faire appel à un jardinier de la coopérative pour vous aider à bouturer vos plantes. Le conseil d’un professionnel est toujours bon à prendre !

Laisser un commentaire